Solutionner vos problèmes avec la finance

La finance est pour la plupart des particuliers un véritable écheveau où on ne s’y retrouve pas. Pourtant, quand on se lance dans les demandes de crédits, les prêts, la gestion de patrimoine et autres opérations, on est obligé d’en avoir quelques notions.

D’ailleurs, on n’en a pas toujours conscience mais la finance peut nous tirer de beaucoup de mauvais pas par rapport à nos investissements ou nos crédits.

Voici donc un petit échantillon des opérations qui peuvent nous être utiles au quotidien. Que ce soit pour les assurances ou la gestion de notre patrimoine, il ne faut jamais oublier de s’entourer de conseillers et de professionnels sûrs (conseillers financiers,..).

Le rachat de crédit pour résoudre l’endettement

Comme son nom l’indique, le rachat de crédit est une situation financière qui tente de répondre à une situation d’endettement excessif.

De façon effective, le rachat de crédit va permettre de diminuer le montant global des remboursements mensuels. Cela ne vaut pas dire que c’est le crédit qui diminue, c’est plutôt le cas pour les mensualités mais de ce fait, le délai de remboursement est augmenté.

C’est une bonne solution en cas de coups durs qui ne nous permettent pas d’honorer nos engagements envers notre banque ou notre établissement de crédit. Concrètement, le fonctionnement de cette opération n’est pas si complexe qu’elle n’y paraît. En fait, elle consiste à substituer un ou plusieurs crédits déjà existants par un seul et unique crédit. Le taux est si possible moins élevé mais amortissable sur une durée plus en phase avec les revenus de l’emprunteur. Cette solution est plus viable et moins stressante pour ceux qui ont eu recours à une demande de crédit qui a dégénérée en surendettement. Un rachat de crédit accompagné d’une baisse de mensualités repousse les charges de remboursement pour un délai plus large.

En conséquence, l’emprunteur échange des dettes à court terme contre une dette plus grosse mais à long terme. Il existe quatre types de rachat de crédit : le rachat locataire qui regroupe plusieurs crédits à la consommation est le premier. Vous pouvez donc être résident chez un proche ou locataire de votre appartement et être tout à fait éligible pour ce genre de rachat. Par contre, si vous être chômeur ou en intérim, vous ne serez pas perçu comme un bon candidat par les banques spécialisées. Le deuxième type de rachat est le rachat immobilier, regroupant crédits immobiliers et crédits à la consommation. Là encore, il vous faudra négocier attentivement les taux et la durée de votre crédit.

Sachez que si vous faites racheter votre crédit vers une autre banque, vous aurez à payer une pénalité de remboursement anticipé à votre prêteur en cours. Le rachat de crédit professionnel, appelé aussi consolidation de crédits est destiné aux artisans, aux professionnels libéraux, aux SCI et aux professionnels indépendants. Il englobe les dettes fiscales, tout ou une partie des crédits professionnels en cours, les dettes sociales, les découverts bancaires en cas de difficultés de trésorerie. Généralement, ce genre de rachat est accompagné d’une hypothèque sur un bien immobilier en garantie. Enfin, le rachat de crédit par achat ou vente à réméré s’adresse aux personnes ayant un bien immobilier qui le vendent « à réméré » pour rembourser leurs dettes. C’est-à-dire qu’après ils peuvent le racheter à un prix convenu quand leur situation financière se sera améliorée. Le bien immobilier est en quelque sorte pris en pension en attendant que l’emprunteur puisse en refaire l’acquisition. D’autre part, le propriétaire n’est obligé d’effectuer ce rachat. S’il compte le faire d’ailleurs, ce sera dans une durée de cinq ans.

La gestion du patrimoine

La gestion du patrimoine est un procédé consistant à évaluer les biens d’un individu pour en optimiser leur usage. En effet, plus un individu possèdera de biens immobiliers ou mobiliers, plus il aura à payer des impôts de plus en plus élevés pour avoir le droit de posséder ceux-ci.

Ce qu’on appelle donc patrimoine brut est la valeur marchande de tous ses biens quels qu’ils soient. Il convient de le gérer en soustrayant les autres engagements financiers et les dettes, pour obtenir le patrimoine net. Pour effectuer cette opération, il faut bien-sûr faire appel à un professionnel, qui vous conseillera sur le moyen de faire un meilleur placement financier. De plus, en mutualisant l’épargne de ses clients, ce conseiller peut faire gagner au client des placements réservés traditionnellement aux possesseurs de fortune (plus de 5 millions d’euro). C’est un des premiers piliers de la gestion de patrimoine.

Le deuxième repose sur l’immobilier de rapport par lequel le propriétaire peut faire de la gestion locative directe. C’est-à-dire que l’individu investit dans un bien immobilier et le fait louer par une tierce personne. Ce n’est pas une mince affaire et il faut une foule d’étapes administratives en passant par divers professionnels : notaire immobilier, avocat fiscal, …Si le bien immobilier à été acquis grâce à un prêt, il est évident que le locataire participera au remboursement. Cependant, il faudra encore qu’entre les deux parties, un consentement mutuel soit signé, via le contrat de bail. Le point le plus important est en effet que vous ayez la garantie de percevoir un loyer mensuellement et non l’acquisition du bien en lui-même pour profiter des mesures fiscales. Il est donc du devoir de votre conseiller en gestion de patrimoine de vous soumettre son expertise pour savoir si un bien quelconque a la garantie d’être loué.

Gérer vos biens en toute sécurité

La gestion de votre patrimoine doit aller de pair avec celle des risques. Il est donc impératif de vous souscrire à une assurance. Par définition, une assurance est une opération par laquelle un assureur s’engage à délivrer, dans le cadre réglementaire d’un contrat, une prestation en cas de réalisation d’un risque à une partie représenté par l’assuré, moyennant le paiement d’une prime ou d’une cotisation mensuelle.

L’assureur réalise alors la mutualisation des risques en ayant recours à la loi des grands nombres et la loi des statistiques.

On distingue plusieurs types d’assurances : en grandes classes, il y a les assurances collectives. Ces dernières peuvent être souscrites par les groupements comme l’association consommation alsace à l’exemple de l’assurance de prévoyance sociale pour avoir une meilleure couverture santé. D’autre part, il y a les assurances individuelles comme deuxième type. On peut prendre en exemple l’accident voiture assurance sous forme de capitalisations donnant lieu au bénéfice du titulaire (ou dans certains cas de ses ayant droit) au versement d’un capital ou d’une rente après la date convenue. Cependant, actuellement l’assurance n’est plus un privilège réservé aux humains seuls.

En effet, on peut également souscrire une assurance chat de gefi-petinsurance.com pour nos petits compagnons.

Cela concerne surtout les chiens et les chats, qui ont des centaines d’euros de dépenses par an. De nombreuses formules sont disponibles, en vue de répondre à tous les besoins des maîtres. En général, une mutuelle de santé animale couvre les frais d’hospitalisation, les urgences (ambulance), les consultations chez le vétérinaire, la médication, les analyses et examens divers, les détartrages annuels, … Vous serez alors sûr de pouvoir donner des soins adéquats à votre animal de compagnie tout au long de l’année, et ce, sans porter atteinte à votre budget.

Les commentaires sont fermés.